The River Phoenix Pages

River Man Actor Musician Brother Press
Feedback Interviews Tributes Bios and docs Fan tributes Links


Interview : Kevin Robic

Kevin Robic, director of the short movie "River Phoenix" (check the Bios and Doc page), gave an interview for the River Phoenix Pages. You'll find the original interview in French at the bottom of the page, and an English translation right there.

Watch the movie here on DailyMotion (official).

River Phoenix Pages : Can you introduce yourself shortly?

Kevin Robic : My name is Kevin Robic. I shot a short movie about River Phoenix 3 years ago. I'm a movie enthusiast, and I've been creating movies since I was twelve years old. I studied one year in a film school, then two years in modern litterature university.

RPP : What gave you the idea to do a short movie about River Phoenix?

Kevin Robic : It came very naturally. I had just finished a movie about a similar theme, and I wanted to pursue that theme. I had been fascinated by this actor for a long time, whether for the more intimist movie he did, or the bigger productions like Indiana Jones. I got interested into his career and into his life. I found there were interesting parallels between some movies like Mosquito Coast and Running on Empty and his own story. In a broader way, I find the story of the Phoenix family very romanesque***. I think directors like Gus Van Sant, who worked with three of them, understood that.

RPP : You chose to present River through a fictional interview of his sister Rain. In reality, his family talked very little about him after his death. Did this empty space interest you as a screenwriter?

Kevin Robic : As I said, it seems to me that River Phoenix's life couldn't be told without speaking about the rest of his family. I wanted to show the relationship between the artist and the medias and I wanted to make this through an interview. I thought for long about who to interview. River himself? Non, that would have been too easy, and I had already done that in my previous movie (ndlr : about Jeff Buckley). A member of his family? Yes. Joaquin Phoenix seemed to be the obvious choice. But it would have been complicated for an actor to impersonate someone that everybody knows and remembers. Also, he was maybe too young when it happened to talk about this. Rain Phoenix was then the more adequate person. She was apt to talk about it. And I think there was a sort of handover between them. River had worked at his best with Gus Van Sant in My Own Private Idaho, then in Even Cowgirl Get The Blues where he did one of his last appearances while Rain was becoming a headliner. The Phoenix family never commented River's death. But I warn from the movie start that it's a fiction and everything is invented from my perception of River Phoenix. In the movie, I say that it's partly the medias that caused River's death. I wanted to bring up again, through this invented interview, the vampiric aspect of journalists. That way, Rain would better understand her brother, some years later.

RPP : In your short movie, there are a lot of references to My Own Private Idaho, both in the way it's filmed and in the dialogue as Rain is being interviewed about her part in Even Cowgirls Get the Blues, another Gus Van Sant movie. Did this movie influence you a lot?

Kevin Robic : The references to Gus Van Sant's movies are there for the reasons I just mentioned. For the handover between the brother and sister. Also, Gus Van Sant is one of the directors who only did movies that I admire, even the not as good ones. It's true that My Own Private Idaho influenced the filming a lot, notably the backgrounds. For me, as I said, it was River's most beautiful performance. This movie *** (m'a bouleversé) me. It's one of the most beautiful love stories I've seen. The filming is very inventive, the writing is superb. So I refer to it a little in the musical tone and the picture colors. Even if I think I should have gone further...

RPP : What were the reactions to this short movie?

Kevin Robic : The movie was mostly seen online. I did get the oppotunity to show it in some theaters in the west of France. The movie is half-amateur, and make a self-produced movie in complete independance a some really good aspects, but money-wise, it's usually at a loss. The reviews were fairly good. The reproach I heard a lot is that I should have shot it in English. Unfortunately, I'm not fluent enough in that language, and I didn't have the required means to shoot it differently. Other people found it too long. It's true that if I did it again now, it would be different. Maybe not short, but with more ryhtm. Maybe I would even do it more in a more intimate way, less global, and more focused on River's psychology. That would be much closer to what I do now, more experimental and less formal. And in English! :)

RPP : Is River Phoenix still know among the young generation of filmmakers and film students that you're a part of?

Kevin Robic : He's not as known as his brother currently is. Partly because mediatization now is very different from what it was twenty years ago. And because his choices resulted in him not being put in the spotlight in the same way. On the other hand, for all those who noticed his work at the time, his imprint is still there. Your site is a testimony of it. For myself, I first discovered him through Indiana Jones and Stand by Me. Those are movies that my parents had in their video collection.

RPP : Almost twenty years after his death, there are still tributes being paid to him, maybe even an increase of references : short movies (yours is the second one I heard of), James Franco's two edits from My Own Private Idaho rushes, the release of his last unfinished movie Dark Blood : has he become a myth?

Kevin Robic : Through his tragedy, River Phoenix incarnates a kind of myth for the people of his time. Like many artists who died too young, we'll never know what his career would have been. Would he have stopped? Would he have fallen into oblivion? Or in the contrary, would he have become more powerful? I think shady deaths fascinate people, and I woul dlie if I said that this is not the case for me. It's not necessarily morbid. One just wonders what River might have brought to projects that were not completed with him. Interview with a Vampire, the movie about Rimbaud... Dark Blood is going to be released after 20 years. I don't know if it's a good idea, if the project is sincere. We'll see.. There's been a lot of tributes to River. Songs, reports, photo-edits on Youtube, and the short movieS... I didn't get to see Cam Archer's movie, but I'd like to. And if Hollywood should make a movie about him, I can picture only one director able to do it : Gus Van Sant. And if he's looking for an actor, I can learn English! :)

RPP : You actually also made a short movie about another artist dead too young, Jeff Buckley. Is that a theme that means a lot to you?

Kevin Robic : With Grace (the movie about Jeff Buckley) was completely improvized, without a script and without preparation. Actually, it looks more like a music video where the music would be Jeff Buckley's voice in the pictures from old interviews. The theme of the artist's death only matters to me if the artist himself is important to me. Jeff Buckley is a singer who is as fascinating to me as River Phoenix. Hence this link between the two movies. Since 2009, I've been working on a third movie around this theme. This time, it will be a couple : actress Jean Seberg and novelist Romain Gary. Yes, the theme is fascinating to me!

RPP : Pouvez-vous vous présenter rapidement?

Kevin Robic : Je m'appelle Kévin Robic. J'ai réalisé un court-métrage sur River Phoenix il y a trois ans. Je suis passionné de cinéma, et je fais des films depuis que j'ai douze ans. J'ai étudié une année dans une école de cinéma, puis deux années en faculté de lettres modernes.

RPP : Qu'est-ce qui vous a donné l'idée de faire un court métrage sur River Phoenix?

Kevin Robic : L'idée de faire un court-métrage sur River Phoenix est venue très naturellement. Je venais de terminer un film sur un sujet semblable, et j'ai voulu en prolonger la thématique. Cet acteur me fascinait depuis longtemps, que ce soit dans les films plus intimistes qu'il a pu faire, ou les plus grosses production comme Indiana Jones. Je me suis intéressé à son parcours, et à sa vie. J'ai trouvé qu'il y avait des liens intéressants entre certains films comme Mosquito Coast ou Running on Empty, et son itinéraire. De manière plus large, je trouve l'histoire de la famille Phoenix très romanesque. Je crois que des cinéastes comme Gus Van Sant qui a fait travailler trois d'entre eux, l'avaient bien compris.

RPP : Vous avez choisi de présenter River par l'intermédiaire d'une interview fictive de sa soeur Rain. En réalité, une fois connus les résultats de l'autopsie, sa famille a très peu commenté. Est-ce que ce vide vous intéressait en tant que scénariste?

Kevin Robic : Comme je le disais, il me semble que la vie de River Phoenix ne pouvait pas être racontée sans évoquer le reste de sa famille. Je voulais que le rapport de l'artiste aux médias soit présent et j'ai voulu l'incarner par une interview. J'ai beaucoup réfléchis à qui donner la parole. River directement ? Non, ça aurait été facile, et je l'avais déjà fait sur le film précédent. A un membre de sa famille ? Oui. Joaquin Phoenix paraissait évident. Mais ça aurait été compliqué pour un comédien d'incarner une personne que tout le monde connait et a en tête. Et puis, il était peut-être trop jeune au moment des faits pour pouvoir parler de ça. Rain Phoenix était alors la personne la plus adéquate. Déjà, elle était apte à en parler. Et puis, je pense qu'il y a eu comme un passage de témoin entre les deux. River avait tourné à son apogée avec Gus Van Sant dans My Own Private Idaho, puis dans Even Cowgirl Get The Blues où il fait une de ses dernières apparitions alors que Rain devient une tête d'affiche. La famille Phoenix n'a jamais commenté la disparition de River. Mais je préviens dès le début du film que c'est une fiction et tout est inventé sur mon ressenti de River Phoenix. Dans le film, je dis que c'est en partie les médias qui ont causé la perte de River. Je voulais qu'au cours de cette interview inventée, l'aspect vampirique des journalistes ressortent à nouveau. Ainsi, Rain comprendrait encore mieux son frère, quelques années plus tard.

RPP : Dans votre court métrage, il y a beaucoup de références à My Own Private Idaho, à la fois dans les dialogues puisque Rain est interviewée au sujet de son rôle dans Even Cowgirls Get the Blues, un autre film de Gus Van Sant, et dans la mise en scène. C'est un film qui a une grande influence sur vous?

Kevin Robic : Les références aux films de Gus Van Sant sont là pour les raisons que je viens d'évoquer. Pour le "passage de témoin" entre le frère et la soeur. De plus, Gus Van Sant fait parti des réalisateurs dont j'admire tous les films, même les moins bons. C'est vrai que My Own Private Idaho a beaucoup influencé la mise en scène, notamment les décors. Pour moi, comme je l'ai déjà dis, la plus belle performance de River Phoenix, c'est avec ce film. Ce film m'a bouleversé. C'est une des plus belles histoires d'amour que j'ai pu voir. La mise en scène est très novatrice, le texte est superbe. Donc je m'y réfère un peu par la couleur musicale et dans les tons de l'image. Même si je pense que j'aurais du aller beaucoup plus loin...

RPP : Comment le court métrage a-t-il été accueilli?

Kevin Robic : Le film a été vu en majorité sur internet. J'ai quand même eu l'opportunité de le diffuser dans quelques salles de l'ouest de la France. Le film est semi-amateur, et faire un film auto-produit et en totale indépendance à de très bons côtés, mais financièrement, on est souvent perdant. Les avis ont été plutôt bons. Le reproche que j'ai beaucoup entendu est que j'aurais du le tourner en anglais. Malheureusement, je ne maîtrise pas assez la langue, et je n'avais pas les moyens nécessaires pour le tourner autrement. D'autres personnes l'ont trouvé trop long. C'est vrai que si je le refaisais aujourd'hui, il serait différent. Pas forcément plus court, mais plus rythmé. Peut-être même que je le referais de manière plus intimiste, moins globale, et beaucoup plus axé sur la psychologie de River. Ca serait beaucoup plus proche de ce que je fais aujourd'hui, plus expérimental et moins guindé. Et en anglais ! :)

RPP : River Phoenix est-il encore connu dans la jeune génération du cinéma, dont vous faites partie?

Kevin Robic : Il n'est pas aussi connu que son frère l'est maintenant. D'une part parce que la médiatisation d'une personne est très différente depuis vingt ans. Ensuite parce que ses choix ont fait qu'il n'a pas été mit en avant de la même manière. En revanche, pour ceux qui avaient remarqué son travail à l'époque, sa marque est toujours bien présente. Votre site l'atteste. Pour ma part, je l'ai découvert d'abord grâce à Indiana Jones et Stand by Me. Ce sont des films que mes parents avaient dans leur collection de vidéos.

RPP : Presque vingt ans après sa mort, il y a encore des hommages qui lui sont rendus, voire même une recrudescence de références : courts métrages (le votre est le 2e à ma connaissance), les montages de James Franco à partir des rushes de My Own Private Idaho, la sortie de son dernier film inachevé Dark Blood : est-il devenu un mythe?

Kevin Robic : Par sa tragédie, River Phoenix incarne une sorte de mythe pour les gens de son époque. Comme beaucoup d'artistes disparus trop tôt, on ne saura jamais ce qu'aurait pu être sa carrière. Aurait-il arrêté ? Serait-il tombé dans l'oubli ? Ou au contraire, serait-il monté en puissance davantage ? Je crois que les morts troubles fascinent tout le monde, et je mentirais si je disais que ce n'est pas le cas pour moi. Ce n'est pas forcément morbide. On se demande juste ce qu'aurait pu donner River dans les projets qui n'ont pas pu aboutir. Entretien avec un Vampire, le film sur Rimbaud... Dark Blood va sortir après vingt ans. Je ne sais pas si c'est une bonne idée, si la démarche est sincère. On verra... Il y a eu beaucoup d'hommages pour River. Des chansons, des reportages, des photo-montages sur Youtube, et puis les court-métrages... Je n'ai pas eu l'occasion de voir le film de Cam Archer, mais j'aimerais beaucoup. Et si Hollywood devait faire un long-métrage sur lui, je ne verrais qu'un seul réalisateur capable de le faire : Gus Van Sant. Et s'il cherche un acteur, je peux apprendre l'anglais ! :)

RPP : Vous avez d'ailleurs consacré un court métrage à un autre artiste mort trop jeune, Jeff Buckley. C'est un thème qui vous est cher?

Kevin Robic : With Grace (le film sur Jeff Buckley) était un film totalement improvisé, sans scénario et sans préparation. D'ailleurs, il ressemble plus à un clip où la musique serait la voix de Jeff Buckley dans les images d'archives d'interview. Le thème de la disparition d'un artiste ne m'intéresse pas si l'artiste ne me parle pas un minimum. Jeff Buckley est un chanteur qui me fascine autant que River Phoenix. D'où cette filiation entre les deux films. Depuis 2009, je travaille sur un troisième film avec cette thématique. Cette fois, ce sera sur un couple : l'actrice Jean Seberg et le romancier Romain Gary. Oui le thème me fascine !

Back to the Home Page